Sélectionner une page

Si vous avez envie de donner du « corps » à vos sketchnotes, on vous livre ici le secret : ajouter des personnages ! Instantanément, cela donnera de la vie à vos planches.

On vous voit déjà faire la grimace. Votre expérience concernant le dessin de personnages se cantonne à celle du pendu. Eh bien c’est parfait, c’est à partir de ce fameux « bonhomme-bâton » que vous pourrez vous lancer !

LA BASE

Donner vie à votre personnage en un coup crayon, c’est possible, et on vous dit comment !

  • Remplacez le tronc de votre bonhomme-bâton par un simple rectangle. Alors, n’est-il pas tout de suite plus réaliste ?
  • Ensuite on déforme un peu le rectangle qui représente le tronc. Parce que, comme vous et nous, un personnage n’est jamais vraiment droit. On peut donc oser et jouer sur les courbes et les angles.
  • On opte pour « une tête bien pleine » ! En effet, n’oubliez pas qu’une tête plus grosse sera toujours plus crédible qu’une tête trop petite.

Et voilà, il ne vous reste plus qu’à articuler ce petit bonhomme !

« MOVE YOUR BODY », OU CRÉER LE MOUVEMENT

Si on souhaite donner du mouvement à notre personnage, tout se joue sur ce que l’on appelle la « ligne de force ». Celle que l’œil va suivre :  

  • Pour aller « au pas », on commence à dessiner les pieds au sol. Par contre, la jambe de devant est tendue, alors que la jambe arrière est pliée. On peut même ajouter un effet avec un petit « ressort » derrière.
  • Pour faire courir le personnage, on part d’un « J », on dessine ensuite la tête, les pieds, les mains. On peut même ajouter des lignes de vitesses. Quand un personnage court (ou qu’une voiture roule), rappelez-vous qu’il (ou elle) ne touche plus terre ! On peut également intégrer une ombre pour accentuer l’effet.
  • Du mouvement sans bouger ? C’est aussi possible ! Même un corps qui ne bouge pas peut représenter la vie grâce à des courbes. Comme par exemple en penchant les épaules ou le bas du corps.
  • Dans tous les cas, n’hésitez pas à exagérer, à pousser le mouvement le plus loin possible et à utiliser le maximum d’artifices de votre palette graphique : les petits traits, les ressorts, la fumée (si un personnage court).

« TOUT DANS LA TÊTE » – LES VISAGES ET LEURS ÉMOTIONS :

Pour les visages, le spectre est aussi large que dans une partie de « Qui-est-ce ? ». Il existe en effet une multitude de formes d’yeux, de bouches, de nez… On vous livre tout de même quelques idées par ici :

Commencez par définir la forme du visage qui ressemble généralement à un œuf (que vous pouvez réaliser en 3 dimensions). Puis on part sur les éléments qui constituent ce visage avec différentes alternatives. À vous de choisir :

  • La bouche que vous pouvez dessiner avec : trois muscles ; juste un trait ; le nez et la bouche en un trait ; un chapeau à l’envers (…)
  • Les yeux : en tête d’épingle ; deux points à la Tintin ; un ovale et une pupille comme les Simpson (…)
  • Les nez : une virgule ; un point d’interrogation à l’envers ; un ovale (…)
  • Les émotions : pour donner encore plus de vie à vos visages, vous pouvez jouer sur deux éléments : la position et l’orientation des sourcils, ainsi que la forme de la bouche. Dès lors, vous pourrez faire dire tout ce que vous souhaitez à votre personnage. Cf grille. Vous pouvez préciser enfin un peu votre intention en jouant sur la forme des yeux et la position des paupières (œil ouvert, fermé, mi-clos).

Vous l’aurez compris, pour dessiner un personnage sur votre sketchnote, il vous suffit de maîtriser #labase, de partir d’une forme simple.

Puis de vous amuser avec votre personnage, un peu comme si vous jouiez avec votre « Monsieur Patate » : changez les coiffures, accessoirisez-le, ajoutez-lui des éléments de décoration… On n’hésite pas aussi à lui faire voir la vie en couleurs !